top of page
  • Photo du rédacteurFanny Inesta

             Plaidoyer pour l’inutile

Dernière mise à jour : 24 mars 2023

Un technocrate pragmatique – je n’en connais pas de rêveurs – considérait perplexe le dispositif scénique du festival dans la cour d’un lycée. Il avait fallu, de l’ingénieur au lampiste, que l’on adapte, transporte, coupe, meule, ponce, boulonne, faire des essais, mettre à l’épreuve, essayer à nouveau, recommencer encore. Tant de travail, d’argent et d’énergie pour quelques spectacles éphémères. Comment pouvait-on autant investir dans l’inutile ? Point d’indignation cependant de notre pragmatique pour les dépenses militaires ou pour les sacrifiés africains de la tri-thérapie. En bon technocrate, il se sentait plus proche des thèses de Hayek que des défenseurs de l’art pour l’art, pour qui une chose cesse d’être belle dès qu’elle devient utile. Inutiles la poésie et cette idée que quelques beaux vers ont fait plus de bien à l’humanité que tous les chefs – d’œuvre de la métallurgie. Inutiles ces artistes qui nous replacent au cœur des valeurs esthétiques et culturelles. Inutile l’émotion suscitée par un tableau, une cantate ou un spectacle et qui, nous réconciliant avec nous- mêmes,  nous donnent une raison de plus d’aimer le monde. Inutile cet essentiel au profit d’un utilitarisme accessoire ? Les cerisiers du Japon sont vénérés pour la beauté de leurs fleurs. Et chaque année  on attend que revienne le temps des cerises,  non plus pour leurs fruits improbables –  ces arbres ne produisent pas – mais pour les promesses des premiers bourgeons et des fleurs à venir.  Les roses du Bengale sont sans épines et sans parfum, cependant, affirmait Musset, ce sont les plus belles que Dieu ait faites ainsi. Inutiles les cerisiers du Japon ou les roses du Bengale ? C’est vrai qu’en notre honorable cité  repose Stuart Mill, un de ces philosophes  utilitaristes anglais pour qui le bonheur se mesurait quantitativement en intensité, durée etc.., à l’encontre de cet autre philosophe du je-ne-sais-quoi et du presque rien, sensations fugitives qui loin d’être secondaires, nous sont essentielles. Pourtant quand le rien s’émerveille du rien et que l’utile se range au rayon des accessoires, quand l’actif fait place au contemplatif, le rationnel à l’émotionnel et l’esprit  de géométrie à l’esprit de finesse, la création cultive le champ du rêve et du possible. C’est pourquoi il devient urgent de crier dans le pragmatisme conceptuel du coût et du profit ambiant : Que vivent les artistes

Leur art reste un oasis salutaire dans un désert culturel toujours plus envahissant. Autant dire que c’est pour tout un chacun une question de survie. .   

                                                                                                                                                                                                                             A.B

19 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page