top of page
  • Photo du rédacteurJoshua Laffont-Cohen

Helsingor

Château de Vincennes

Avenue de Paris 94300 Vincennes

Du 26 Avril au 25 Mai 2024


Crédit photos: Emersion Production



« Être ou ne pas être » au château Helsingor ?


Immersion totale dans une ambiance shakespearienne au cœur du château de Vincennes !

Dans cette mise en scène de Léonard Matton, les spectateurs ne sont pas sagement assis dans un fauteuil mais sont transportés pleinement dans l’intrigue. Nous suivons les gardes du château et découvrons au fur et à mesure différentes scènes se déroulant dans les étages et la cour, entre intérieur et extérieur. L’apparition du spectre de Hamlet père est impressionnante. Quand ce spectre vêtu de blanc révèle à son fils qu’il a été assassiné, nous sommes plongés dans une étrangeté qui nous saisit et qui nous captive. Nous suivons alors Hamlet dans sa soif de justice et dans sa folie naissante. Nous comprenons le comportement d’Hamlet qui déstabilise son entourage. Claudius et la reine eux ne le comprennent pas. Pour Polonius, l’état du jeune prince est causé par sa relation avec sa fille Ophélie. Nous sommes au cœur des interrogations de chaque personnage. A un balcon, nous entendons la voix d’Ophélie et découvrons son visage comme Hamlet pourrait la voir et l’entendre, tel un amoureux perdu. Un autre moment important : la représentation de la Souricière. Hamlet demande à une troupe de comédiens de jouer La Souricière. Cette pièce rejoue le meurtre de son père afin de la présenter devant le roi. Celui-ci voyant la pièce est furieux et sort de la salle. Nous assistons alors à un meurtre étonnant. Hamlet tue quelqu’un. Nous pensons tout de suite à l’espion Claudius. Mais l’accident a bien lieu : Hamlet tue Polonius dans la chambre de sa mère. La tragédie entre ici aveuglément. Le spectateur se trouve toujours du côté d’Hamlet. Notre jeune prince part un temps pour l’Angleterre. Pendant qu’il s’éloigne de la cour, Ophélie sombre dans la folie. A son retour, tout s’enchaîne. Le suicide d’Ophélie qui chante sa mort dans le dernier acte va entraîner un duel en plein air entre Hamlet et son frère Laërte. Ce dernier acte est sublime. Nous ne sommes plus spectateurs de la pièce de Shakespeare mais spectateurs de la tragédie de la vie. De la veillée mortuaire près de la chapelle du château au duel entre Laërte et Hamlet, nous faisons partie intégrante de la pièce, sans pouvoir agir, sans pouvoir parler. La fatalité nous inquiète mais le carnage a lieu et la mort envahit la fin de la pièce : mort de Gertrude, Claudius, Laërte et Hamlet. Dans cette mise en abîme d’un théâtre dans le théâtre, le spectateur a enfin toute sa place. Ne sommes-nous pas tour à tour acteurs et spectateurs de la vie ? Nous sommes et ne nous sommes pas ! Grâce à Léonard Matton, nous choisissons d’affronter la situation tragique du jeune Hamlet dont l’interprétation de Gaël Giraudeau ce soir-là était exceptionnelle.

Avec une telle immersion scénique, je ne peux que vous encourager à aller voir ce spectacle. Les comédiens sont sublimes. Le cadre réel dans la nuit tombante rend cette pièce poétique.

Léonard Mitton signe ici une mise en scène interactive, dynamique qui nous plonge dans une expérience théâtrale unique et dans une liberté scénique totale. 



Joshua Laffont-Cohen 


Traduction, adaptation et mise en espaces – Léonard MattonAssistanat – Camille DelpechCréation univers sonore – Enzo di Meo, Clément Hubert, Claire MahieuxCréation musicale – Claire MahieuxRégie sonore – Enzo di Meo, Clément Hubert, Claire Mahieux, Théo CardosoConception costumes – Jérôme Ragon, Mathilde Canonne, Antoine RabierRégie lumières – Mohammed Mokkaddemini, Ugo Perez, Chloé RogerMaître d’armes – Pierre Berçot Décors et accessoires – A2R Compagnie – Antre de RêvesProduction – Mathilde Gamon

Les interprètesBernardo et Rosencrantz – Anthony Falkowsky ou Thomas GendronneauClaudius – Roch-Antoine Albaladéjo ou Loïc BrabantGertrude – Zazie Delem ou Claire MirandeHamlet – Benjamin Brenière, Gaël Giraudeau ou Stanislas RoquetteHoratio – Cédric Carlier ou Laurent Labruyère Laërte et un comédien – Mathias Marty ou Matthieu Protin Marcellus et Guildenstern – Jérôme Ragon ou Hervé ReyOphélie – Camille Delpech ou Marjorie DubusPolonius et Fou – Dominique Bastien ou Jean-Loup HorwitzSpectre, un comédien et Fossoyeur – Michel Chalmeau ou Jacques Poix-Terrier

27 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page