top of page
  • Photo du rédacteurPeter Barnouw

Musique Baroque Avignon

Dernière mise à jour : 28 janv.

SAMEDI 14 janvier 2024

Amphithéâtre Mozart –Conservatoire du Grand Avignon


Crédit photo: P. Barnouw



Lorsque j’ai annoncé à des vieux amis néerlandais que j’allais assister à un concert avec Lucie Horsch, il y eu quelques instants de silence. Et puis après, des exclamations dans le genre," on est toujours en retard pour avoir encore des places" et," quel sacré veinard de pouvoir l’entendre."

Je me sentais donc heureux de pouvoir assister à ce concert, organisé par Musique Baroque en Avignon, en coréalisation avec l’Opéra Grand Avignon.

Et, en même temps, mes pensées reculaient dans le temps, 40 ans, à peu près et je pensais à un concert mémorable au Palais des Papes, en plein hiver, d’un concert de l’Amsterdam Baroque Orchestra sous la direction de Ton Koopman avec un soliste de flûte à bec et dont j’ai oublié le nom.

Je ne sais pas si c’était déjà Musique Baroque en Avignon qui était à l’œuvre mais, cette association a la main heureuse en choisissant les artistes.

Un programme d’un duo de musique baroque donc avec des arrangements de différents compositeurs tels que Dario Castello, Nicola Fiorenza, Jacob van Eyck, Anna Amalia de Prussia, Joseph Bodin de Boismortier, Rameau, Telemann et, bien évidemment J.S. Bach.

Les arrangements des différentes sonates ont permis à Lucie Horsch de s’exprimer totalement, aussi bien en flûte soprano qu’alto, maîtrisant ses instruments à merveille et, chose nouvelle, bougeant comme si l’instrument devenait elle-même.

Ayant été formé il y plus de cinquante ans pour entrer au Conservatoire Royal de La Haye, nous apprenions à ne pas bouger, à respirer avec le ventre et j’ai appris à bouger lorsque j’ai changé d’instrument et commencer à jouer du jazz.

Lucie Horsch, à 25 ans, maîtrise déjà ce corps-à-corps avec la musique et avec ses instruments.

Pour Bertand Cuillier, déjà claveciniste émérite, c’est plus difficile de faire corps avec son clavecin, instrument relativement fragile mais c’est un accompagnateur et soliste merveilleux.

La musique baroque, pour moi, est l’ouverture vers d’autres musiques. Une rigueur mathématique dans ses fantaisies et ses circonvolutions et en écoutant je ne peux que penser à celles et ceux qui sont passés à d’autres façons de composer ou de jouer mais dont la période baroque reste la base.

Je pense aussi à tous ces défricheurs de la musique baroque que j’ai connu personnellement comme Gustav Léonard, les frères Kuyken, Gérard Lesne et Jean-Claude Malgoire.

En rentrant, la tête encore remplie de ces merveilleuses mélodies entendues, après avoir échangé quelques mots avec Lucie Horsch, en néerlandais bien sûr, j’ai sorti ma flûte à bec, en bois, que j’ai depuis plus de soixante ans et que je manie avec amour et je l’ai reposé dans son tiroir pour ne pas lui faire de la peine.


Peter Barnouw



  • Lucie HORSCH – Flûte à bec

  • Bertrand Cuiller – Clavecin

21 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page