top of page
  • Photo du rédacteurNadine Eid

G E N E S E

Dernière mise à jour : 11 mars

Exposition du 2au 14 février 2024

La Chapelle Saint Michel Avignon

« Tu m‘as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »


Du 2 au 14 février la Chapelle Saint-Michel à Avignon a accueilli les oeuvres de Joshua Martin .Génèse, sa première exposition a rassemblé un bel échantillon de dessins, aquarelles, peintures, collages, planches de bandes dessinées et photographies de cet artiste qui n’a pas hésité, pour reprendre l’expression de son flyer, à nous" inviter dans son coeur ».

Pour ce faire, il a suffit de pénétrer dans la chapelle pour être aussitôt happé par la puissance de la souffrance livrée brute, fidèlement à l’effroi du et des souvenirs sous-jacents.

La souffrance rouge de sang versé, celle de la déchirure provoquée par des dents biseautées en laminoir est éradiquée de toute volonté esthétique et puissamment exprimée par un vécu qui l’a dépassée même si les nombreuses références christiques paraissent s’y attarder. En effet le passé n’est pas ici le creuset du présent, mais sublime et guide vers la Rédemption. L’espoir est lové presque dans chacune des oeuvres choisies et l’Art s’affirme avoir été et demeure le chemin de cette renaissance salvatrice.

Notre regard côtoie les si singuliers « oeils » (et non pas yeux) qui tous nous indiquent des intentions humaines dans l’inhumain de nos pulsions, les dérives de nos limites assumées ou transgressées. La question de la responsabilité des adultes est bien posée, celle de la maltraitance également. La femme à la tête de coeur et à la carabine se passe de tous commentaires.

Avec Joshua Martin, on touche le sacré de la souffrance, celle qui fauche dès l’enfance et, telle un cilice s’endure voire s’indure au profond des chairs et de ses regards incandescents. Cette souffrance accepte et questionne la nécessité de la violence. Le très long regard de l’homme en contre-plongée qui s’abîme dans la vision du vase aux trois fleurs cueille l’interrogation suprême, y aurait- il un bien fondé à cette souffrance ?

L’insupportable semble indicible et les bouches grandes ouvertes béent sur des cris avortés. L’innommable se profile alors de tableaux en dessins, de peintures en collages pour finalement achopper sur une photographie lénifiante, celle de la jeune fille en robe blanche. Elle est littéralement en aspiration verticale et sa robe comme sa tresse qui se redresse dans les airs dessinent une vision de joie enfantine et d’air pur. Etonnant et agréable contraste, elle signe l’espoir enfoui dans chacune des oeuvres. De tout le sang, de tous les cris, de l’oeil consumé par la douleur de l’âme, l’or de sa tresse, le blanc immaculé de la robe, la transparence de l’air dans lequel le trampoline absent du cliché la propulse, signent que l’espoir et la Rédemption jouent à plein.


Il faudra suivre les évènements et les expositions à venir de ce jeune artiste qui a encore beaucoup à nous livrer.



Nadine Eid


88 vues5 commentaires

5 Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Guest
Feb 19
Rated 5 out of 5 stars.

Je recommande

Like

Guest
Feb 19
Rated 5 out of 5 stars.

superbe expo superbe article

Like

Guest
Feb 19

une belle exposition bien mise en valeur par un article qui en donne toute la saveur.

Like

Fanny Inesta
Fanny Inesta
Feb 19
Rated 5 out of 5 stars.

Un très bel article à la hauteur de cette magnifique exposition

Like

Guest
Feb 18
Rated 5 out of 5 stars.

Superbe expo je recommande Joshua Martin et ses œuvres

Like

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page