top of page
  • Photo du rédacteurFanny Inesta

Vivre ne suffit pas ou la tyrannie du bonheur

FESTIVAL AVIGNON OFF 2017


Théâtre du Roseau

S’il existe des phrases qui réchauffent le cœur, celle qui suit en est un bel exemple, et l’on souhaiterait l’entendre dans chaque cas :

Être atteinte d’un cancer… avec ensuite la guérison tant espérée !

Après plusieurs mois de souffrances vécus dans l’incertitude, Anna s’en est « sortie ».

Mariée depuis vingt ans avec Loïc dans une douce et douillette relation, un raz de marée s’empare d’elle. Son regard sur sa vie la bouleverse, son existence est chamboulée, le sentiment de l’ avoir traversée plutôt de l’avoir vécue.

Cette cicatrice qu’elle porte en elle et sur elle lui donne l’envie irrépressible d’une quête d’absolu, elle en veut davantage, désire rattraper ce bien être tranquille et aseptisé.

Frénétique, elle aime Loïc et ne veut surtout pas le perdre, mais elle veut la passion, vibrer chaque minute, vivre plusieurs vies sans en perdre une miette, le bonheur à tout prix… mais à quel prix…

Elle propose à Loïc un marché, un choix féroce et dangereux. Loïc l’aime, il ne veut pas la perdre, il accepte. L’équilibre du couple devient fragile et périlleux, un bonheur inquiet malgré tout où s’immisce un poison.

Sa conception au détriment de l’autre peut-il produire l’inverse de l’effet recherché ? Sa tentative va-t-elle être efficace ?

La pièce se déroule dans le bel appartement d’Anna et de Loïc. Derrière des tentures, les autres pièces sont suggérées, un décor sobre et raffiné avec comme, point central de leurs échanges, un canapé qui trône. Une histoire subtilement découpée en tableaux successifs, l’horizon bleuté du ciel définit les nuits, les saisons, ponctués par des musiques où piano et violon véhiculent toutes les émotions.

Les comédiens sont éblouissants, ils nous captivent par leur jeu d’une extraordinaire finesse, un défi relevé avec brio. Leur jeu adhère à l’écriture réaliste et intime de Jean-Mary Pierre. Des questions s’imposent à nous, le bonheur est universellement recherché mais est-il atteignable ? Réaliser tous ses désirs rend il heureux pour autant ?

Pernille Bergendorff est belle, lumineuse et émouvante. Elle dégage une force altière et vulnérable, Philippe Nicaud a une belle présence, il exprime ses émotions avec brio et nous sommes captivés.

La mise en scène judicieuse d’Hélène Darche nous plonge dans une réalité, elle nous ramène à nous-mêmes et nous emporte.

Une histoire dure, tendre et violente qui va nous questionner et ne laisse personne indifférent.


Fanny Inesta


de Jean Mary Pierre mise en scène Hélène Darche

avec Pernille Bergendorff

et Philippe Nicaud

0 vue0 commentaire

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page