top of page
  • Photo du rédacteurFanny Inesta

Family Circus

Samedi 17 Octobre à 2022 à Rodilhan (Gard)

FESTIVAL DE THEATRE UCHAUX (Vaucluse)LES 3, 4 ET 5 FEVRIER 2023

présentée par la Compagnie les 100 têtes

Un coup de cœur absolu pour cette nouvelle comédie Family Circus écrit par Grégoire Aubert et mis en scène par Hélène Couëdellot. Le public bascule au cœur d’une cuisine d’une apparente simplicité et pénètre dans l’intimité de retrouvailles familiales. Très vite, on sent des personnalités aux antipodes les unes des autres. Cela se passe chez Jules, l’aîné et nanti de la famille, le notaire de province qui a convié ses proches pour les fêtes de noël. Il est marié à Géraldine, investie dans la politique locale dont rien ne dit que sa morale est au-dessus de tout soupçon. Parents d’une famille nombreuse, les enfants sont éduqués en grande partie par Margueritte, la simple bonne ou gouvernante ou l’esclave des temps modernes ? Le cadet Antoine dirige une agence de com à Paris qui fonctionne plus ou moins bien, à l’image de son couple. Puis le petit dernier, Patrick, le créatif de la famille, le comédien qui comme nombre d’entre eux galère, court après les contrats, celui qui dérange et que l’on ne prend pas au sérieux, celui qui se moque de l’ordre établi. Il a une amie, il va devenir papa mais il est sans le sou… Des relations loin d’être un long fleuve tranquille… Antoine surfe sur leur père aux principes rigides qui ont marqué toute leur enfance et qui sont toujours présents : “il faut, il faut, il faut” et à leur mère malade dont la fin de sa vie est proche. Le besoin de confrontation et de justification décrit l’incompréhension entre ces 3 frères .Un lot de tensions, de disputes de jalousie et de divergences idéologiques, nous offrent une succession de répliques qui fusent, où l’humour grinçant et décapant à toute sa place. Les dialogues sont incisifs et terriblement percutants, le débit de leurs paroles est sans bavardage inutile, chaque mot ayant sa juste place. Les 3 frères se dépensent sans compter, s’attaquent aux dérives familiales avec une belle audace, un ton gentiment irrévérencieux, des réflexions qui feront mouche pour beau nombre d’entre nous. Un spectacle effroyablement drôle ! -« Ca coûte les liens du sang. Bien plus que ça ne rapporte »» -« Je suis arrivé il y a 10 minutes et je suis déjà sur un volcan en éruption ! La famille, quoi. -« On est là pour maman. Tu auras tout le temps de te morfondre la semaine prochaine -« L’authenticité, c’est comme la drogue. Plus c’est pur, plus c’est nocif » Cette tragi-comédie nous plonge en eaux troubles, nous interpelle, nous fait beaucoup rire (parfois jaune). Les comédiens pleinement investis et aux interprétations ciselées nous balancent un uppercut théâtral qui dénonce avec habileté toutes les tensions. Une comédie diablement bien tournée qui peut être dérangeante pour certains mais jamais décevante. La cuisine est le pivot de leurs discussions, un lieu d’échange propice aux confidences entre deux bouchées de céréales avalées ! Le trio de ces 3 opposés fonctionne à merveille, on craque pour leur talent de comédien indéniable et pour leur belle alchimie. Trois tableaux vont se succéder. Ils offrent crescendo davantage de poids au récit. Leur jeu est d’un naturel désarmant, ce qui donne une crédibilité sans faille, on prendrait presque part à leur discussion si l’espace du plateau était davantage réduit ! La metteuse en scène s’est immergée totalement dans le cœur de l’écriture et au delà du regard tranchant sur les rapports de cette fratrie, elle a su apporter un ton décalé, des touches d’humour et de respiration. Les petits intermèdes entre les scènes sont comme des bulles hors du temps, Jules à l’image d’une BD a des allures de robot, qui se déroule et qui ne change pas son caractère malgré les années qui passent. La musique créée par Benjamin Civil à des accents cristallins et apporte un climat apaisant et léger comme un souffle entre deux éclats de voix. Un rythme effrené, ils sont trois sur scène mais grâce à leur talent les autres personnages existent et prennent vie. Ça c’est la magie du vrai théâtre ! Des moments d’émotions partageront les rires, l’humour, les ressentiments et les colères. Viendra-t-il alors l’heure de la résilience, ou la fratrie deviendra enfin fraternité ? Une pièce accomplie, redoutablement efficace à surtout ne pas rater. Il faut souligner le travail de Jérémy Negre qui a su créer un décor sobre et ingénieux, on est dans une cuisine mais aussi grâce à un dispositif intelligent, elle s’ouvre sur d’autres pièces créant l’ambiance d’un véritable appartement . La salle était comble, les applaudissements à la hauteur des rires et des émotions partagées entre le public, l’auteur et les comédiens. Une très belle soirée, une première pour eux et l’émotion était palpable pour tous après ces retrouvailles tant attendues. Ne les ratez pas, ils arrivent très prochainement au Festival d’Uchaux


Fanny Inesta


Ecrit par Grégoire Aubert avec : Patrice Rocour,

Grégoire Aubert,

Julien Guglielmi, Bande son : Benjamin Civil Décors et régie : Jérémy Negre Mise en scène : Hélène CouëdellotCompagnie les 100 têtes

1 vue0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page