top of page
  • Photo du rédacteurNadine Eid

Mon Petit Grand Frère


Théâtre des 3 S

4 rue Buffon Avignon

du 29 Juin au 21 juillet 2024 à 14H55 festival Off 2024


Miguel-Ange Sarmiento signe avec Mon Petit grand frère un texte superbement écrit. L’expression est précise, en parfaite adéquation avec la volonté de formuler au plus près le ressenti, celui du frère survivant.

La mise en scène sobre et finement travaillée de Rémi cotta en harmonie avec les lumières intimistes de James Groguelin focalise notre attention sur celui qui, à la suite d’une tragédie ne sera plus que le frère de son petit grand frère. Paradoxalement le titre oxymoronique donne les limites. Elles sont immenses, vertigineuses car elles inversent le cours de la temporalité. Le frère aîné, celui qui aurait pu, aurait dû, entourer le cadet, demeurera à jamais petit. Il ne grandira pas, ne sera pas celui qui ouvre la voie de l’ossature de la cellule familiale. Il ne partagera pas avec un peu plus d’expérience que Michel, les joies des découvertes, les étonnements des apprentissages, la complicité de leurs émotions. Difficile de formuler ce qu’il est, les mots font saigner et les litotes pâlissent. Le grand frère s’est noyé avec un camarade.


Celui qui reste est amputé de son enfance, spolié de ses parents joyeux, confiné dans un espace très particulier et puissamment réducteur, celui du survivant. Avec beaucoup de justesse, Miguel-Ange Sarmiento livre un texte brûlant de véracité. Les termes sont pesés et la pudeur met en valeur la légitimité des ressentis évoqués. La souffrance est partout, parallèle à la nécessité de grandir et de construire sa vie d’enfant dans le creuset du deuil impossible, le vide rempli de la présence disparue, la béance de l’absence qui mutile et édifie le manque à jamais.

Alors spontanément Michel devient un petit garçon très sage, ne s’éloignant pas de la vue de sa maman pour qu’elle soit rassurée. Il devient celui qui fera tout pour qu’elle soit moins malheureuse. Elle et lui useront de techniques propres à rendre possible ou tolérable une vie protégée, une vie éloignée du danger de le perdre. Mais ce qui aurait pu devenir sclérosant et invalidant, n’a pas eu raison de l’énergie farouche d’être et de vivre de l’enfant.

Il y a un autre personnage dans ce seul en scène, c’est le bonheur, celui qui était là bien présent avant la tragédie, celui qu’il a vu fuir lâchement lorsque ses parents l’ont laissé seul pour se précipiter vers le corps mort de son frère. La scène dans laquelle il invective le bonheur tout comme celle où il relate le moment de l’annonce de la mort, sont deux monuments théâtraux. Elles portent l’une et l’autre au paroxysme la douleur informulable de la présence de la perte. Il fallait tout le talent du comédien pour saisir et interpréter  pleinement ce sentiment aigu du «  ce ne sera plus », «  rien ne sera plus pareil », comme s’il était possible de signifier l’inexistence.


Le talent du comédien parfaitement souligné par la création lumière révèle avec force et puissance, l’enjeu vital. Il s’agit de récupérer son espace, de ne plus être simplifié en Michel plus aisé à prononcer mais d’oser être Miguel-Ange, de ne plus être défini par l’envers d’un moule, la complémentarité d’une fratrie, il s’agit de devenir ce qu’il a toujours été, lui. Les chansons, les pas de danse sont autant de signes du territoire reconquis, la résilience a joué à plein et l’enfant blessé est devenu un artiste accompli. Son exceptionnelle sensibilité peut parfois sembler sidérante tant il parvient sans emphase à nous emmener au plus proche de ses émotions. Alors pour cela et pour la portée du texte, un immense MERCI.


Nadine Eid


de et par Miguel-Ange Sarmiento

mise en scène  Rémi Cotta

lumières James Groguelin



41 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page