top of page
  • Photo du rédacteurPeter Barnouw

Le Repas des gens

Théâtre des Halles Avignon18 :45 h. Jusqu’au 21 juillet (relâches le mercredi 10 et 17 juillet)

rue du Roi René, 04 32 76 24 51 – theatredesalles.com




La salle, la scène, une table avec deux chaises et le couvert dressé. Comme pour un repas. Le spectateur ne sait pas s’il regarde une salle de restaurant un peu réduite au strict minimum ou une salle à manger dans une maison quelconque.

Un couple entre. Timidement. Un petit peu âgé déjà et, en même temps, sans âge. Ce genre de gens que l’on ne remarque pas vraiment. Une femme banale. Un homme banal. Des gens.

Le couple regarde, regarde le public, s’étonne, parle. Parle doucement. Entre eux. Explique qu’ils sont invités à venir déjeuner. Par leur neveu. Directeur du théâtre. Ils ne savent pas qu’ils y sont déjà. Au théâtre.

Le public pas vraiment non plus. Un couple. Un peu comme les Deschiens de jadis.

Un homme entre coté jardin. Il se présente. Le directeur technique du théâtre. Et il va leur faire à déjeuner.

Et c’est là où demarre une sorte de tragicomédie. Le public rit. Beaucoup. Et, en même temps, des moments d’une émotion rare.

Le couple se livre. Raconte sa vie. Dans la même maison depuis le début de leur vie. Dans le même quartier. Leur rencontre. Lorsqu’ils étaient encore très jeunes.

Elle raconte pourquoi elle craint l’eau. Lui explique aussi.

Où il est question aussi d’une petite sœur noyée. Ou du moins disparue. Au bord d’une rivière.

Et peu à peu, les choses dérapent dans le théâtre. Les pendrillons tombent mystérieusement. Il est question aussi de cette rivière. Sous le théâtre. La sœur fantôme apparaît. Toute humide. Elle explique

La fille du couple les rejoint. Les parents racontent son histoire. Le directeur technique raconte la sienne.

François Cervantes, auteur dramatique et metteur en scène, directeur artistique de l’Entreprise de Marseille, raconte aussi. Non pas son histoire à lui mais les histoires des gens improbables. Des gens tellement normaux que l’on ne les remarque à peine.

Et François Cervantes a largement réussi son pari de faire connaître l’autre coté du miroir. Les autres mondes que nous ne voulons, peut-être, pas voir. Pas remarquer parce que c’est, quelque part, dérangeant.

François Cervantes nous dit : ‘’Notre essence, notre être intérieur, est peut-être le monde le plus lointain, celui que nous ne connaissons pas encore et qui reste à explorer’’.

Avec toute sa bande, François Cervantes a réussi un grand spectacle. Un très grand même. À voir. Absolument.



Peter Barnouw


  • Texte et mise en scène : François Cervantes

  • Avec Julien Cottereau, Catherine Germain, Fanny Giraud, Lisa Kramarz et Stephan Pastor

  • Régie Générale et création son : Xavier Brousse

  • Création lumière : Christian Pinaud

  • Régie lumière : Nicolas Fernandez

  • Costumes et accessoires : Virginie Breger

  • Assistanat création lumière : Tamara Badreddine




.

24 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page