top of page
  • Photo du rédacteurFanny Inesta

La Parenthèse du Mimosa

FESTIVAL AVIGNON OFF 2022

Théâtre L’Optimist


Franck est seul dans ce bar encore ouvert au milieu de la nuit , où seule une musique aux accents africains l’accompagne. Dehors, une pluie torrentielle à ne pas laisser un chat dehors.

Franck, derrière son zinc, boit, range, grogne. Il a des allures de capitaine d’un cargo revenu de tous les voyages, un peu usé, un rien fatigué, l’air désabusé. Le bar des mimosas, un nom aux allures de gardiens paisibles, qui évoque le soleil, le miel et la vanille donne pourtant envie de s’y poser. Soudain, une jeune fille entre, elle veut boire un verre, se réchauffer, elle cherche du travail. Franck la rabroue, elle le dérange, il veut être seul. Peu à peu une mosaïque d’échanges contrastés, des bribes de vie graves ou banales se dessinent, prenant peu à peu toute la place. Comme une horloge qui d’un coup s’accélère, nous intégrons l’intimité des personnages et leurs pensées. S’engage un huit clos entre ces deux dont on ne sait pas grand chose. Ils se heurtent, s’explorent et s’égratignent jusqu’au bord du gouffre. Quelle issue cette partition va t-elle trouver ? Ce rythme fait de silences et de paroles anodines qui basculent soudain, nous happent, chacun cachant ses secrets et ses fêlures,où la tension devient palpable et ne se relâche pas. L’écheveau de leur vie aux portraits complexes se déroule et se dénoue et nous entrons dans leur intimité comme coupés du monde. L’Afrique est présente, Franck la connait bien, une Afrique déchirée, rebelle et digne où il a vécu autant le pire que le meilleur , il en reste imprégné même si le temps a passé… Les comédiens distillent par leur jeu une tension et une pression psychologiques palpables en permanence, la situation pouvant basculer à n’importe quel moment, sans jamais deviner l’issue surprenante . Jean David Stepler et Marie Ronarc’h ont une forte présence, ils sont si sombres et si lumineux que l’on ne voudrait plus les quitter . On ne voit pas des comédiens mais des personnages, instants magiques que l’on aimerait trouver plus souvent dans le théâtre. Du beau travail qui nous permet de savourer l’écriture soignée et riche de sens de Grégoire Aubert , un texte poignant, et deux comédiens stupéfiants de sincérité. Une monstrueuse histoire racontée avec beaucoup d’émotion où des pointes d’humour surgissent et font mouche. La scénographie voulue par David Teysseyre recrée l’espace à la fois intime et universel où se livre la tragique bataille humaine dans une animation cinématographique syncopée sous la musique sélectionnée par Benjamin Civil qui nous transporte de l’Afrique à l’Amérique avec la trompette de Miles Davis. La lumière de Vincent Lemoine découpe l’espace scénique en tableaux filmiques qui propose au spectateur les différents plans du jeu dramatique.  Un conseil : Allez voir cette pièce dès le début du festival, gageons qu’elle sera très vite complète ! Pensez à réserver !


Fanny Inesta


De Grégoire Aubert Avec Marie Ronarc’h

et Jean David Stepler Mise en scène : David Tesseyre Lumières : Vincent Lemoine Musiques sélectionnées : Benjamin Civil Crédit photos: Fabrice Sabre

8 vues0 commentaire

コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加

A Propos

12438950_439998056196250_4685327206366182128_n-1.jpg

Nous sommes Fanny Inesta et Jean-Michel Gautier, chroniqueurs indépendants et surtout passionnés de théâtre, d’expositions, et de culture en général. A ce jour, nous créons notre propre site, avec nos coups de coeur et parfois nos coups de griffes… que nous partageons avec vous.

Articles

don.png

Restez informez de nouveaux articles

Merci de vous être abonné!

bottom of page